mppu international

twitterfacebook

imagevideopoliticsforunity

 Vision, histoires et perspectives pour une politique pour l'unité

Participer

Le nombre et la complexité des thèmes et des instances, qui rendent difficile l’action politique dans le monde moderne, ne cessent de croitre. Simultanément, de nombreux acteurs de la vie civile, culturelle et économique ont la compétence et l’expérience pour être en mesure de proposer des solutions innovantes, sur lesquelles s’appuyer, pour fonder et refonder continuellement le vivre-ensemble.
Contribuer, cela veut dire participer au point d’influencer directement l'organisation et les contenus des choix publics et même coopérer activement avec ceux qui exercent le pouvoir de décision.

Ci-dessous,  les perspectives tracées par quelques étudiants  de l’Institut universitaire  « Sophia »  de Loppiano (Italie).
Choisir la participation est bien autre chose qu’un exercice rhétorique dénué de contenu idéologique.
Nous nous engageons pour que cela devienne plutôt le premier instrument pour mener une  action politique au service des communautés, dans le but de :
 
• Construire des politiques locales, nationales et internationales, équitables, efficientes et efficaces, qui prennent en compte les besoins des plus nécessiteux.

• Renforcer le rôle de la politique face aux réseaux de la finance et de l'économie.

• Proposer et expérimenter des pratiques et des modèles de gouvernance aptes à renouveler les relations internationales.

• Œuvrer non seulement pour la paix, mais pour la pleine fraternité entre les peuples.
On a donc besoin de tous pour contribuer à une société meilleure et en esquisser les perspectives.

• M’intéresser aux problèmes de  celui qui vit dans mon immeuble, dans mon quartier.

• Accepter également les devoirs qui m’incombent dans la vie civile.

• Faire mon travail avec honnêteté et professionnalisme.

• M’informer sur qui sont les représentants élus et ce qu’ils font.

• Réagir quand je suis témoin d’une intimidation, d’un abus, d’une violence.

• Multiplier mes sources et mes canaux d’informations sur l’actualité.

• Passer du temps à communiquer personnellement et pas seulement sur les réseaux.

• Prendre soin du patrimoine commun et signaler les disfonctionnements

• Argumenter et savoir présenter mes convictions en public.

• Renoncer à une partie de mes ressources pour partager avec qui est dans le besoin

• Écouter et entrer en dialogue avec ceux qui ne partagent pas mes idées

•Etudier et m’investir pour améliorer la vie d’un maximum de personnes.

Contribuer au renouveau

Réduire la distance entre les élus et les citoyens est l'une des questions cruciales que la démocratie moderne n'a pas encore résolue. Aujourd’hui, voter ne suffit pas : les  électeurs déclarent eux-mêmes qu’un  trait de crayon sur le bulletin de vote est insuffisant.  Ils exigent un mode de fonctionnement différent, où les représentants rendent compte de leur action politique, et où les citoyens n’abandonnent pas la gestion des processus de gouvernement à une élite.
Il faut remettre la société civile au cœur de la vie politique ainsi que la formation de l'opinion publique pour les orienter au service du bien commun.

On a donc besoin de relations démocratiques qui aient du contenu et qui s’inscrivent dans  la continuité.  Comment s’y prendre ?

La part qui revient aux citoyens :

• Voter après s’être informé et en avoir discuté, en ayant le souci de ce qui est le plus bénéfique pour la communauté; rejeter les arrangements et le favoritisme, choisir en considérant l’intérêt général universel et non des intérêts personnels ou de groupes.

• Etre aux côtés du candidat dans sa campagne électorale et, pour  la construction de son programme, lui fournir des éléments sur les attentes des électeurs.

• S’investir et demander des rendez-vous réguliers où les élus peuvent justifier leurs choix; se tenir informé et vérifier le contenu des décisions prises, proposer des idées et des expériences, annoncer les désaccords et les oppositions.

• Donner naissance à de nouveaux groupes d’engagement sur le plan local, utiliser les informations et les analyses des partis politiques, des syndicats, des groupes professionnels et des groupes de réflexion.
 
• À la fin du mandat, faire une évaluation non seulement des projets à venir, mais aussi des programmes effectivement réalisés.

La part qui revient aux candidats et aux élus :

• Accepter le contrôle par les citoyens, rechercher de nouvelles dynamiques de coopération,  suggérer des lieux et des moyens qui favorisent l'écoute, l'information et la participation.

• Ouvrir les décisions à des développements, des vérifications et des corrections qui mettent le bien commun au-dessus des intérêts particuliers ou de parti.

•Valoriser la compétence et l'expérience de ceux qui habitent sur place et travaillent dans les associations, dans les corps de métiers, auprès des jeunes, des anciens et des nouveaux arrivants.

• Décider en toute responsabilité, " sans être inféodé par son mandat" et viser à exprimer les valeurs et les idéaux des communautés que l’on représente.

• Utiliser, avec la plus grande équité et transparence, l'argent public et faire des rapports réguliers sur son utilisation.

C’est  le défi que cherchent à relever des citoyens et des hommes politiques de Buenos Aires ( Argentine ) ,de Palerme ( Italie ) , de São Paulo ( Brésil ) , de Strasbourg (France ) , de Solingen ( Allemagne ) , de Budapest ( Hongrie ), de Medellin ( Colombie) , de Douala ( Cameroun ) , de Beyrouth ( Liban ) ... engagés à vivre une relation directe et continue entre électeurs et élus.

Soutenir des projets innovants

Trois projets sont en cours de réalisation et peuvent être soutenus par un don ponctuel ou périodique
Ce sont des écoles de participation et de formation sociale et politique pour des jeunes d’Afrique, d’Argentine, d’Asie.

1. Au Burundi :
Des parcours de formation et d'information politique pour des élèves du secondaire et de l’université avec l’objectif de renforcer la réconciliation nationale en vue des élections politiques de 2015

2. En Argentine, à Buenos Aires :
Des écoles populaires de citoyenneté  (session 2014/2015) pour les jeunes issus de milieux défavorisés et faiblement scolarisés. Ils sont étudiants d’écoles secondaires ou travailleurs des quartiers pauvres.

3. A Trente (Italie), l’été 2015, pour des jeunes d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine :
Une Ecole  de relations internationales en collaboration avec l'Institut universitaire Sophia de Loppiano (Florence) avec la prise en charge des frais de voyage en avion de 10  étudiants universitaires de  ces pays.

Comment  faire un don :

-Par virement sur compte bancaire à l'ordre de
Associazion internazionale New Umanity
IBAN : IT60S0335901600100000010470
c / o Banca Prossima - filiale 5000
Piazza Paolo Ferrari, 10-20121 Milano (ITALY)
 
-Par virement bancaire permanent
Formulaire à télécharger, imprimer, remplir et déposer à la banque
 Objet: « Projet des  écoles mppu ».  (en indiquant le n° du projet)

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.