mppu international

twitterfacebook

Les idées forces

De nombreux indicateurs montrent que les peuples se rapprochent les uns des autres, malgré les épreuves, malgré la faim, les inégalités, les guerres, le terrorisme. Cette évolution irréversible, même si elle est à la merci d’une politique souvent trop faible voire défaillante,  peut solliciter davantage la contribution et la responsabilité  d’un grand nombre de personnes, et de cette façon permettre à l’humanité entière d’atteindre un niveau plus élevé de civilisation.

Le MPPU désire y contribuer avec une spécificité : travailler à l’avènement d’une civilisation qui aspire à  l’unité.
Il désire innover avec une politique et des politiques particulières pour qu’ensemble nous puissions cheminer vers un monde uni dans le respect des diversités perçues comme richesses.
Alors que  les principes de liberté et d’égalité étaient  acquis, le siècle passé a  vu s’affirmer les droits des individus et des peuples. Mais, à  différents niveaux, la politique ne parvient toujours pas à rassembler et à développer de nouvelles visions.
Il  manque un liant puissant, pour des  relations politiques, sociales, économiques aptes à relever les défis d’aujourd’hui.

L’idée du MPPU de promouvoir la fraternité universelle n’est pas neuve. C’est un principe politique auquel on s’est référé de temps à autre au cours de  l’histoire. Ce qui est neuf, c’est l’engagement de vouloir le décliner comme catégorie politique, de le mettre à la base des institutions et des initiatives législatives et administratives.
Considérer la fraternité comme un principe fort, une méthode de travail politique et un objectif pour les peuples, est une réponse à une exigence profonde de l’histoire.

Les objectifs

Développer un courant de culture politique, inspiré du charisme de l’Unité de Chiara Lubich qui accorde sa place à toutes les avancées positives de l’humanité et qui soutient la pensée et les actions politiques destinées à construire l’unité entre les communautés et les peuples.

Décliner le principe de fraternité universelle pour le traduire en actes, décisions, lois, droits et devoirs, et offrir dans cette perspective  des contributions pour  la révision des organisations institutionnelles locales, nationales et internationales.
Proposer des activités, des séminaires, des groupes de travail, des campagnes de sensibilisation et des congrès où politiques, diplomates, fonctionnaires, étudiants en science politique, citoyens actifs et jeunes puissent trouver des lieux de vraie rencontre et de formation.
Créer partout des occasions de dialogue politique, dans le respect des positions des partis auxquels on appartient et des diverses visions politiques. Cela revient à faire de ces lieux  des espaces d’écoute attentive, de prise en compte des avis divergents, de discussions capables d’aboutir à des décisions communes.
Promouvoir la culture de la participation afin que, dans les villes, dans les états et au niveau international, les décisions politiques soient le résultat de valeurs, d’idées et de choix mûris après en avoir convenablement débattu au sein de chaque communauté.

Un réseau

Le MPPU fonctionne comme un réseau tant sur le plan régional que mondial. Il s’articule autour de centres locaux, nationaux et d’un centre international.   Ce sont des structures légères, de coordination et de service, qui ont seulement pour tâche de promouvoir, de mettre en contact, de faciliter les initiatives en gardant toujours présent à l’esprit l’objectif d’un monde uni.
Le Centre international a pour tâches spécifiques :
-    de maintenir tous les centres en relation entre eux et toujours ouverts à la dimension mondiale
-    de coopérer avec d’autres organismes de niveau mondial qui visent à renouveler la politique en général et les différentes politiques spécifiques, dans l’objectif de vivre ensemble dans la paix.
-    de décliner le principe de la fraternité universelle pour élaborer des propositions de politique internationale.

Historique

Le MPPU plonge ses racines  dans l’histoire et le « charisme de l’unité » de Chiara LUBICH, fondatrice du mouvement des Focolari.
Une histoire qui démarre avec son engagement pour les pauvres à Trente : accompagnée de quelques jeunes, elle vise à résoudre le problème social dans une ville dévastée par la 2eme guerre mondiale. En peu de temps cette expérience se propage dans le monde. Elle s’étend au domaine économique, à l’environnement, à la promotion des minorités, au droit, à l’art, au monde de l’éducation et de la communication, et à la recherche d’une nouvelle relation entre les citoyens et leurs représentants.

L’expérience et l’engagement personnel de plusieurs responsables politiques sont marquants. Igino GIORDANI (1894-1980) député italien, membre de l’Assemblée Constituante (1947) est considéré comme cofondateur du Mouvement des Focolari.
Josef LUX (1956-1999), vice-premier ministre de l’ex-Tchécoslovaquie (puis de la Tchéquie), exerçait son mandat lorsque la Slovaquie revendiquait et obtenait son autonomie. D’autres figures politiques ont laissé leur empreinte dans d’autres continents, comme par exemple Horacio PIROTTA en Argentine.

Le 2 mai 1996 à Naples est considéré comme la fondation du Mouvement Politique pour l’Unité. Dans une  ville dévastée par la mafia, au sud d’une Italie dans une phase politique difficile, Chiara LUBICH s’exprime devant un groupe de personnes impliquées en politique, exerçant divers mandats ou fonctions et porteurs de références culturelles différentes : « Un mouvement qui regroupe des politiques de tous les partis,… et crée une culture qui se diffuse par contagion au service de ceux qui cherchent le bien commun. J’espère vraiment que notre initiative ne reste pas sans lendemain »
Au départ, selon Chiara LUBICH elle-même, cela semblait une initiative faite uniquement pour l’Italie. Mais au contraire il en nait un déferlement d’idées, de rencontres, d’initiatives qui atteignent, dans les différents continents, des responsables de différentes convictions politiques. L’intervention de Chiara Lubich devant un groupe de parlementaires à Westminster Hall à Londres, le 22 mai 2004, reste une référence.

imagevideopoliticsforunity

 Vision, histoires et perspectives pour une politique pour l'unité
 

To follow us, just find

  Europe time to dialogue

on Facebook

Pubblicazioni

Disarmo

 co governance

17-20 GENNAIO 2019

Castel Gandolfo

Roma - Italia

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.